.:: Jean miX.L. ::: Créatif multi-fonctions ::.

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 23 février 2009

Radioblog - Supergraff' Playlist

Petit rafraîchissement aujourd’hui de la playlist qui, pour cette fois, est 100 % electro (à l’exception d’Antony & the Johnsons qui la clôture) : pure house avec Aaron-Carl, techno radicale avec Deadbeat, electro avec Booka Shade ou encore bleep music avec Vector-Lovers.

Signalons aussi le retour de Roÿksopp qui, à l’aide d’un gimmick tout simple, arrive à faire un morceau très prenant.

Quant à ma découverte du moment, il s’agit de Tim Exile, un autre producteur barré du label Warp qui, musicalement, est un condensé d’Aphex Twin, Matmos et Autechre. Au niveau vocal, les journalistes le comparent à Depeche Mode mais le raccourci me paraît un peu trop rapide. Je prends le risque d'écrire que cela ressemble beaucoup plus à ce qu’on peut écouter chez des groupes de rock gothique à vrai dire.

Je vous laisse juger en écoutant tout cela en cliquant sur Ecouter la radio sous Jukebox dans le menu en haut à gauche.

Bonne écoute !

  1. Aaron-Carl - If There is a Heaven (ICAN Acsension Mix)
  2. Tim Exile - Don't think we're one
  3. Röyksopp - Happy Birthday
  4. Booka Shade - Control Me
  5. Vector-Lovers – microtron
  6. Deadbeat - Grounation (Berghain drum jack)
  7. Aaron-Carl - The Struggle (The Plan Remix)
  8. Vector-Lovers - Stranger smiled at me
  9. Tim Exile – Fortress
  10. Antony and the Johnsons - Another World

Vous pouvez télécharger un maxi 5 titres d'Aaron-Carl, légalement et gratuitement, en cliquant ici.

lundi 2 février 2009

Scratch Massive en concert à Clermont-ferrand

Petit préambule avant de parler du concert. En effet, mon blog a fêté hier sa 4ème année d’existence et cela me paraissait important à signaler. En route donc pour la 5ème année !

En marge du festival de courts-métrages de Clermont-Ferrand, se tiennent les soirées Divine à la Coopérative de Mai. Ces soirées sont dédiées aux dernières tendances de la musique électronique avec la venue d’artiste tels que The Hacker, Agoria, Chloé, Joakim et, en l’occurrence ce samedi 31 janvier, Scratch Massive.

Ce jour là, c’est Nöd, jeune DJ clermontois qui avait la lourde tâche de mettre l’ambiance pour ce début de soirée.

Il s’en est sorti plutôt bien enchaînant une techno assez brute et minimale avec une electro aux sons assez saturés comme on en écoute chez des groupes tels que Justice ou Teenage Bad Girl. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé le sample du morceau Push Push de Rockers Hi-Fi utilisé avec parcimonie.

Après cette prestation de 2 heures, Scratch Massive attaque son live avec des sons de sirènes de couvre-feu, comme sur l’intro de leur album live Underground needs your money baby.

Avant la musique, la première chose qui frappe chez eux, c’est la créativité et le minimalisme graphique des visuels projetés sur l’écran géant derrière eux. Des pixels s’affichant lentement s’entremêlent avec une vue de métropole, des cercles se forment à l’image de gouttes tombant au sol, un gros plan sur le visage des membres du groupe tourne à la façon d’un disque vinyle…

Côté musical, on rentre tout de suite dans le bain avec les sons dub et le clavier nu rave du premier morceau, down the wall.

Les beats ciselés au couteau de chaque morceau remplissent parfaitement leur fonction, à savoir, faire danser le public.

Après le live de Scratch Massive, c’est au tour de Sei A de prendre les commandes avec un mix house minimal qui, malgré quelques moments d’éclats, reste un peu trop monotone à mon goût. Petite et relative déception donc pour moi sachant que j’avais adoré son morceau Ether (entre autres) en écoute sur le Myspace de son label Missive.

J’aurai sans doute préféré le voir en live jouer ses propres morceaux plutôt que de jouer ceux des autres. Peut-être une autre fois ?