10 ans ! Ca fait bien 10 ans déjà que je rêvais de voir Björk en concert.

C’est aujourd’hui chose faite depuis cette journée du 23 août 2007 à Nîmes où notre islandaise préférée a accompli une performance tout simplement ahurissante.

Avant de me rendre aux Arènes où le concert était fixé à 21 h, j’en profitais pour visiter un peu Nïmes et, notamment, son Jardin de la Fontaine.



Le Jardin de la Fontaine domine Nïmes et, à ma grande surprise, on pouvait entendre parfaitement d’ici les musiciens de Björk en train de répéter et faire la balance aux Arènes qui se trouvent à plus d’un kilomètre de là ! Dans le tas, je reconnaissais les morceaux Innocence, Hunter et Hidden Place.



Imaginez une vue paradisiaque comme celle-ci avec la musique de Björk en fond sonore et vous aurez une idée de l’impatience et de l’excitation qui grimpait en moi à ce moment là.



Pendant ce temps là, d’autres fans de la chanteuse avaient la chance de la croiser aux abords des Arènes.



Vers 17 h, direction les Arènes où les fans les plus extrêmes attendaient déjà devant l’entrée depuis midi.



A 19 h 30, les grilles se sont enfin ouvertes et il est temps de sortir sa précieuse place de concert.



Etant arrivé suffisamment tôt, je me trouve une place très correcte dans les gradins alors que la fosse commence peu à peu à se remplir. J’ai préféré les gradins à la fosse afin de profiter un maximum de l’acoustique des arènes réputée pour être exceptionnelle (et puis, vu la chaleur, je n’avais pas non plus trop envie d’être compressé entre les autres spectateurs).



A cet instant, difficile d’imaginer que, une heure plus tard, les arènes seraient remplies à craquer. Sur la photo ci-dessus, on aperçoit, en bas des gradins, le carré VIP vide où, paraît-il, Michael Stipe du groupe REM fera son apparition.





Alors que tous les spectateurs ne sont pas encore arrivés, le groupe M.I.A. entame la première partie du concert.



Les plus observateurs auront remarqué que Björk assiste discrètement à la prestation de M.I.A. à l’arrière de la scène.



Concernant M.I.A., hormis quelques connaisseurs, le public semble accrocher moyennement au show du groupe à en juger par les applaudissements qui reste polis. Personnellement, leur musique est intéressante mais les voix des chanteuses peuvent paraître un peu trop envahissantes. On peut aussi reprocher aux morceaux de ne pas se démarquer assez les uns des autres.



Ceci étant dit, il doit être très difficile de passer avant une icône telle que Björk.
Cliquez-ici pour accéder au myspace de M.I.A. pour vous faire une idée par vous-mêmes.



Le concert de M.I.A. étant terminé, la pression monte et quoi de mieux pour le public que de faire plusieurs tours de Ola en attendant l’arrivée de Björk sur scène ?

Voilà ci-dessous une petite vidéo de cette Ola pour vous donner une idée de l’ambiance à ce moment-là.





1. Brennið Þið Vitar + Innocence

21 h 30, la tension est à son comble quand Björk arrive sur scène sous un tonnerre d’applaussidement. Ses musiciens introduisent le concert avec Brennið Þið Vitar, un air traditionnel sur lequel s’enchaîne aussitôt Innocence extrait de son dernier album, Volta.






2. Hunter

Björk continue avec Hunter qui me procure mes premiers frissons.



3. Unravel

Unravel s’enchaîne ensuite tout naturellement.





4. Unison

Ensuite, à la surprise générale, Björk chante Unison, un morceau qui s’était fait plutôt discret jusqu’à présent. Il est extrait de l’album Vespertine qui n’a pas connu autant de succès qu’Homogenic mais qui lui arrive allègrement à la cheville.






5. Hope

Hope poursuit ensuite cette première partie de concert plutôt introspective…





6. Joga

… qui continue avec Joga (mais ce n’est que le calme avant la tempête)…



7. Pleasure is all mine

Nous découvrons ensuite avec curiosité une version instrumentale de Pleasure is all mine qui était jusqu’à présent connu dans sa version originale accapella, spécificité de l’album Medulla.



8. Hidden place

Arrive plus tard Hidden place dont j’avais écouté quelques notes l’après-midi depuis le Jardin de la Fontaine.





9. Pagan Poetry

Björk enchaîne alors avec un autre morceau de Vespertine, Pagan Poetry, tout bonnement excellent à pleurer, dont voilà ci-dessous une version audio enregistrée pendant le concert. Pour l’anecdote, on y entend un énorme larsen, la seule fausse note du concert.





10. Earth intruders

La tempête arrive avec Earth Intruders et là, tous les gens qui étaient jusqu’à présents assis dans les gradins se lèvent tous comme un seul homme et commencent à danser sur le rythme très soutenu du morceau. Pour la petite histoire, sur la photo ci-dessus, Damian Taylor (qui est juste derrière Björk), porte un t-shirt Gus Gus, un groupe islandais dont je suis également un inconditionnel. La preuve en images !

11. Army of me

Le délire continu ensuite avec une version d’Army of me encore plus pêchue que l’originale.



12. I miss you

La tempête se calme alors légèrement avec I miss you



13. Vokuro

… puis, une accalmie revient avec Vokuro.



14. Wanderlust

C’est le très “Bachelorettien” Wanderlust qui prend ensuite la relève.



15/16/17. Hyperballad vs Freak vs Pluto

A partir de ce moment-là, ça devient du délire total. Björk chante une version d’Hyperballad mixée avec le morceau technoïde Freak de LFO (groupe de Mark Bell qui collabore avec Björk depuis son album Post et que l’on voit sur la photo ci-dessus derrière ses machines). Freak est ensuite mixé avec le non moins technoïde Pluto. Les arènes de Nîmes se transforment alors en immense Rave Party qui rappelle que, 10 ans plus tôt, se tenait ici Boréalis, le plus gros festival techno du Sud de la France.



Pour info, la vidéo ci-dessus date du concert du 21 août mais, n’ayant pas trouvé de vidéo du 23, je ne pouvais pas passer à côté d’un extrait de ce passage démentiel.

Pour ceux qui ne connaissent pas LFO, vous pouvez écouter ci-dessous la version originale du morceau Freak, une bombe techno à réveiller les morts.



C’est sur cette ambiance de folie que Björk quitte la scène avant les rappels.

Après 10 minutes d’applaudissements et de cris ininterrompus, Björk et ses musiciens refont surface. Avant de présenter toute la troupe qui l’accompagne, elle demande au public de chanter Joyeux Anniversaire à une des musiciennes. Le public, tout acquis, s’exécute sans rechigner. Il paraît d’ailleurs que c’est une tradition sur sa tournée puisque, à chaque concert, le public doit souhaiter l’anniversaire d’une personne différente.



18. Oceania

Björk chante ensuite Oceania, chanson dont tous les fans français se rappellent qu’elle avait été massacré par Gérard Holtz à l’ouverture des JO d’Athènes lors de sa diffusion à la télévision.





19. Declare independance

La fin du concert arrive déjà avec Declare independance, le clou du spectacle qui nous replonge immédiatement dans une ambiance de Rave Party jubilatoire.





Vu des gradins, le spectacle est apocalyptique et totalement jouissif.




La concert se termine sur ce moment d’une intensité rare avant que tout le monde ne reparte avec des souvenirs plein la tête alors que quelques rares chanceux participeront à l’aftershow en présence de Björk.

Ils auront peut-être assisté à une scène insolite comme cette vidéo ci-dessous prise dans un club parisien et dans lequel Björk reprend le tube No Limit de 2 Unlimited.



Pour finir, si l’album Volta divise encore les fans, on peut dire que cette soirée aux Arènes de Nîmes aura au moins mis tout le monde d’accord sur la qualité exceptionnelle de ce concert.



P.S : merci beaucoup à Pomme Granny qui m’a fournit les plus belles photos de cet article (les plus flous sont de moi, merci au zoom pas assez puissant de mon appareil photo).
Merci également à tous les autres fans de Björk qui ont mis à disposition sur internet toutes leurs vidéos qui permettent de revoir le concert comme si on y était.