Samedi 21 avril dernier avait lieu la nuit électro du Printemps de Bourges. Baptisée Palais Royal Club, elle était composée d'une grande salle appelée la scène, d'une petite salle nommée le club ainsi que d'un espace chill-out.

De nombreux groupes et DJ sont intervenus tout au long de la soirée dans les 2 salles.

Je passerais rapidement sur Yelle, le premier groupe, qui m'évoquait la rencontre de Sabine Paturel et de Prodigy.

Un peu plus tard, au club, LA grande révélation de la soirée fût pour moi les Teenage Bad Girl qui ont retourné le dancefloor à peine la soirée commencée. A travers leur set, ces 2 là m'ont rappelé la fraîcheur des Daft Punk à leur début.

Pendant ce temps, dans la grande salle, Amon Tobin prenait les commandes de ses platines (ou du moins, essayait, mais j'y reviendrais plus tard) pour un mix dub et abstract hip-hop qui tranchait avec l'ambiance de l'autre salle dans laquelle je préférais retourner. Amon Tobin, c'est bien à la maison mais, au cours d'une soirée techno, ça plombe un peu l'ambiance (même si on apprécie le talent du monsieur).

Au club, Tekel prenait la suite des Teenage Bad Girl. Vu l'ambiance déchaînée que ces derniers avait provoqué, ce n'était pas joué d'avance pour Tekel qui, malgré tout, s'en est très bien sorti avec un live très efficace. J'en profite pour signaler que 2 de leurs morceaux sont en écoute dans le menu à gauche en cliquant sur écouter la radio.

Après Tekel, je retournais dans la grande salle pour voir le live de Cassius, les têtes d'affiche de la soirée. L'impression que j'avais à l'écoute de leur dernier album s'est confirmée sur scène. A vouloir faire un mélange techno-rock, ils nagent entre 2 eaux et le résultat donne un truc sans saveur auquel j'ai du mal à adhérer. De plus, l'ambiance pendant leur concert dénotait complètement avec le reste de la soirée qui était purement électronique.

Je ne suis donc pas resté longtemps et je suis vite revenu au clubIvan Smagghe avait attaqué son set. Malheureusement, l'organisation du festival semblait laisser à désirer puisque, alors que les platines d'Amon Tobin étaient mal connectées et qu'il a dû refaire les branchements lui-même, il y a eu au moins 3 coupures de courant pendant le mix d'Ivan Smagghe, ce qui plombait légèrement l'ambiance. Cependant, à chaque fois que le courant revenait, Smagghe nous mettait un morceau plus bourrin que le précédent, comme pour souligner son agacement.

Ensuite, retour à la grande salle où l'ambiance rave était revenue avec un live d' Alexander Kowalski.

Avant :

Après :

Enfin, le clou de la soirée, vers 4 h 30 du matin, c'était Agoria qui récompensait ceux qui avaient tenu jusqu'à cette heure avancée de la nuit avec un mix parfait pour clôturer la soirée.